Votre navigateur ne prend pas en compte les CSS

Veuillez ne pas tenir compte des éventuelles images qui s'affiche ci dessous


Edito

Accueil > Editos > Le revenu universel : une fausse bonne idée

Le revenu universel : une fausse bonne idée

Brigitte Perrot

Secrétaire générale

Bookmark and Share
envoyer l'article par mail Version imprimable de cet article


Ce pourrait être une bien belle idée que celle de toucher à vie un pactole fut-il modeste sans avoir à fournir, en contrepartie, ce que l’on appelle sa « force de travail ». C’est quelque part Rabelais sorti d’un vortex qui nous ouvre bien grand les portes de son Abbaye de Thélème où, c’est bien connu chacun « Fais ce que voudras », la vie de chaque thélémite étant dictée par ses simples désirs. Juste retour des choses parce qu’au fond, si la vie nous arrive par hasard (aucun d’entre nous n’a demandé à vivre !) pourquoi faudrait-il la gagner ? Seulement, l’enfer est encore une fois pavé de bonnes intentions et si le fameux revenu de base peut présenter un visage généreux, se cache sous ce petit vocable l’habillage habilement déguisé, de la précarité. En fait, l’histoire du revenu de base est une vielle lune qui refait surface depuis quelques années sous différents noms : revenu de base, revenu universel, revenu minimum d’existence, allocations universelles… L’idée est simple pour ne pas dire simpliste : l’Etat s’engagerait à donner à chaque citoyen, sans conditions, une somme fixe. Un peu comme dans certaines pétromonarchies où les habitants perçoivent une rente tirée des sommes colossales générées par la vente d’or noir. Le modèle préconisé dans notre pays repose sur le postulat suivant : l’Etat s’engage à garantir à chaque personne vivant sur son territoire, un revenu minimum pour se libérer de la pauvreté. Il serait universel, automatique et inconditionnel, de la naissance à la mort quelque soient ses revenus, sa situation maritale ou sociale et serait sans contrepartie (insertion, recherche d’emploi, etc.) L’idée sous-jacente étant que chaque citoyen sera plus libre d’entreprendre, de créer, de se former… C’est bien. Sauf qu’à l’analyse, un tel dispositif si l’on prend pour base le Smic net, appliqué en France, couterait pour les 66 millions de personnes concernées, 950 milliards d’euros par an soit …1/3 du PIB Somme dont on aurait bien entendu dégagé l’ensemble des minimas sociaux et autres allocations puisque « en contrepartie, toutes les prestations sociales seront supprimées ». Les zélés défendeurs de cette idée s’appuient sur des expériences menées notamment aux USA, en Inde, au Kenya, au Brésil mais des expériences menées sur une partie de la population, pas sur l’ensemble. En Europe, 3 pays testent ou testeront ce dispositif : la Finlande qui prévoit pour 2017 un RDB plafonné à560€ /mois, la Grèce qui s’est vu imposer le dispositif et la Suisse qui l’a refusé en juin dernier alors que le montant de l’allocation proposée était de 2500€ mensuels ! En réalité, cette idée est bonne pour des pays en situation de grande pauvreté (la Namibie par exemple) où le seuil de pauvreté alimentaire a réellement chuté, permettant aux bénéficiaires de vivre un peu mieux. Pour Force Ouvrière qui participe depuis le 31 mai dernier à la mission sénatoriale chargée de réfléchir à la faisabilité de cette mesure, les choses sont claires. Tout d’abord, les résultants sont objectivement loin d’être concluants. Quant à l’idée d’expérimenter ce dispositif sur quelques départements, c’est tout simplement inenvisageable car ce serait s’asseoir sur l’égalité de traitement sur l’ensemble du territoire. Et cela ne permettrait en aucun cas, d’appréhender avec exactitude les retombées sur le système de protection sociale, le travail et l’emploi. Et puis que l’on arrête de nous mener en bateau : quelles que soient les hypothèses envisagées, dans notre pays, en fusionnant l’ensemble des sommes versées au travers des minima sociaux, chaque citoyen ne pourrait bénéficier que de 350€/mois ! Joli miroir aux alouettes où les gens déjà en état de grande précarité (avec les minimas sociaux !) se retrouveront dans une situation encore plus vulnérable. Parce qui dit Revenu Universel dit adieu aux allocations accueil jeunes enfants, allocation de rentrée scolaire, tarifs sociaux pour le gaz, l’électricité, les cantines scolaires, la CMU et diverses exonérations …On atteint les limites de l’utopie bienveillante qui sous couvert d’un universalisme béat va rendre les pauvres encore plus pauvres ! Et puis l’on voit surtout poindre la démarche idéologique de certains concepteurs de cette idée néo-libérale à souhait. On nivelle tout par le bas, on Ubérise le marché du travail, on abolit le salariat du temps qu’on y est – chacun étant responsable de lui-même !- et l’on privatise toute la protection sociale Sous couvert d’un « droit à la paresse bien légitime « et philosophiquement défendable, on réécrit Gargantua et le Fais ce que voudras devient un Fais ce que pourras ! Le genre de situation qui risque de déboucher sur une guerre qui n’aura rien de picrocholine.

Date de publication : 14 novembre 2016
  • Fil info
  • Vidéo
  • Edito
Bientôt de retour. Merci de votre compréhension

mardi 28 novembre 2017 - L'édito de Brigitte Perrot

Les syndicats sont-ils des partenaires ?

vendredi 20 octobre 2017 - L'édito de Brigitte Perrot

Et un an de plus pour la revalorisation des...

lundi 2 octobre 2017 - L'édito de Brigitte Perrot

Dans la rue le 10 octobre

lundi 19 juin 2017 - L'édito de Brigitte Perrot

On attend …

mardi 9 mai 2017 - L'édito de Brigitte Perrot

Pas d’ordonnances sur les questions sociales

lundi 24 avril 2017 - L'édito de Brigitte Perrot

Et après, comment ça marche ???

mardi 7 mars 2017 - L'édito de Brigitte Perrot

Une journée particulière

mardi 28 février 2017 - L'édito de Brigitte Perrot

Fonctionnaires : gare à vous…

jeudi 29 décembre 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

C’est le vent qui tourne...

lundi 14 novembre 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Le revenu universel : une fausse bonne idée

lundi 17 octobre 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Vilains fonctionnaires !

lundi 3 octobre 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

D’un événement à l’autre

mercredi 14 septembre 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Le 15 septembre, on y retourne !

mardi 2 août 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

La rentrée sera vite là

jeudi 21 juillet 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

49.3 et de 3 !

jeudi 30 juin 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Il fait un temps déraisonnable

jeudi 16 juin 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Nous étions plus d’1 million !

mardi 7 juin 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Au nom du Bien

mardi 10 mai 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

49.3 Le matin : gueule de bois démocratique

lundi 18 avril 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Il faut réussir le 28 avril

lundi 21 mars 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

1,2 % ? Non, 0,85 % ! Le compte n’y est pas

jeudi 10 mars 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Premier coup de semonce

mercredi 27 janvier 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Entendre n’est pas écouter

mardi 5 janvier 2016 - L'édito de Brigitte Perrot

Entrons dans la danse

jeudi 26 novembre 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Les fonctionnaires, le bras désarmé de la République

jeudi 12 novembre 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Vous avez dit prime au mérite ?

mardi 3 novembre 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Pas de comité de suivi pour le PPCR

mercredi 30 septembre 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Coup de lune

lundi 21 septembre 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Un ballon d’essai ?

lundi 31 août 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

C’est reparti

mercredi 1er juillet 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Prenons des forces

mardi 9 juin 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Drôle de progrès

mardi 19 mai 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

La mutualisation des services publics, ou le retour de la subsidiarité

jeudi 30 avril 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Ça continue encore et encore…

lundi 30 mars 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Réussir le 9 avril

mercredi 11 mars 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Le 9 avril, tous en grève

jeudi 5 mars 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

On embauche

vendredi 13 février 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

XXIIIème Congrès Confédéral

mardi 20 janvier 2015 - L'édito de Brigitte Perrot

Vous avez dit Charlie ?

mardi 30 décembre 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Les oiseaux de mauvais augure

mardi 16 décembre 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Fonction Publique d’Etat : FO confirme sa première place

lundi 24 novembre 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Dernière ligne droite

lundi 13 octobre 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Deux jours pour vous déclarer malade !

mardi 23 septembre 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Aux urnes fonctionnaires

lundi 1er septembre 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

L’ère de la Macron-économie

jeudi 26 juin 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Le temps des vacances

mercredi 18 juin 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

La double peine

mercredi 4 juin 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

D’une actualité à l’autre

mardi 27 mai 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Et maintenant on fait quoi ?

mardi 20 mai 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Un exécutif autiste

lundi 12 mai 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Pourquoi le 15 mai est important

mercredi 19 mars 2014 - L'édito de Marc Blondel

Marc BLONDEL

jeudi 27 février 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

Le 18 mars, pour commencer…

jeudi 20 février 2014 - L'édito de Brigitte Perrot

XXVème Congrès Fédéral à Arzon : Pour que vive encore le Service Public

lundi 1er juillet 2013 - L'édito de Thérèse Hergott

RETRAITES

vendredi 3 mai 2013 - L'édito de François Guérard

Valeurs et « modernité »…

lundi 25 février 2013 - L'édito de Patrice Maître

Du cheval à toutes les sauces

dimanche 6 janvier 2013 - L'édito de Brigitte Perrot

2013 : des voeux pour une certaine lenteur...

mardi 30 octobre 2012 - L'édito de Patrice Maître

OBJECTION DE CONSCIENCE

jeudi 12 juillet 2012 - L'édito de Christophe Marquès

Pour un service public de qualité

mercredi 2 mai 2012 - L'édito de Edmond Aïchoun

La fin de la R.G.P.P. ?

jeudi 8 mars 2012 - L'édito de François Guérard

RESPECT

lundi 16 janvier 2012 - L'édito de Brigitte Perrot

"A chaque sommet, on est toujours au bord du précipice"

vendredi 16 décembre 2011 - L'édito de Edmond Aïchoun

RGPP = Danger de mort du service public républicain

lundi 7 novembre 2011 - L'édito de François Guérard

Elections du 20 octobre et crise financière

jeudi 1er septembre 2011 - L'édito de Brigitte Perrot

"Le soap des think tanks"

mercredi 6 juillet 2011 - L'édito de Edmond Aïchoun

Assez de divisions Assez d’inégalités

mercredi 8 juin 2011 - L'édito de Patrice Pétriarte

Elections et droits syndicaux

mardi 3 mai 2011 - L'édito de Patrice Maître

Gel du salaire des fonctionnaires : du AAA au AAAAA*

jeudi 3 mars 2011 - L'édito de Thérèse Hergott

Salariés du public ou du privé : mêmes combats !

mercredi 29 décembre 2010 - L'édito de Brigitte Perrot

Le mot résiste doit toujours se conjuguer au présent !*

lundi 6 décembre 2010 - L'édito de Edmond Aïchoun

Les retraites, et après ? Le remaniement, et après ?

mardi 9 novembre 2010 - L'édito de Patrice Pétriarte

Après les retraites (assurance vieillesse), l’assurance maladie !

lundi 4 octobre 2010 - L'édito de Christophe Marquès

Imposer le retrait du projet gouvernemental sur les retraites

mardi 7 septembre 2010 - L'édito de Brigitte Perrot

La contradiction flagrante

mercredi 30 juin 2010 - L'édito de Patrice Maître

Le Service Public est à la merci de la finance mondiale

mercredi 26 mai 2010 - L'édito de François Guérard

RGPP & Retraites : Deux dossiers dictés par le dogme économique libéral

samedi 1er mai 2010 - L'édito de Patrice Pétriarte

Un 1er mai pour une vraie retraite !

mercredi 31 mars 2010 - L'édito de Thérèse Hergott

Réforme des retraites : l’âge de tous les (im)possibles ?

lundi 1er mars 2010 - L'édito de Brigitte Perrot

Le progrès social est un progrès pour l’humanité !

TOUT L'AGENDA
FÉDÉRATION DE L’ADMINISTRATION GÉNÉRALE DE L’ÉTAT - FORCE OUVRIÈRE

Mentions légales | Crédits | © 2010 | Réalisation Artaban avec SPIP