5 décembre : raz de marée, acte 1

Cheminots, agents de la RATP, de la SNCF, de la Pénitentiaire, des ministères de l’Agriculture, de la Jeunesse et Sports, des Impôts, de l’Education Nationale, de la Territoriale, aides-soignantes, médecins, infirmières, mais aussi des étudiants ou des salariés du privé… plus de 800 000 personnes sur toute la France sont descendues dans la rue ce jeudi 5 décembre pour montrer leur détermination face à cette réforme des retraites que ce gouvernement d’amateurs veut absolument mener à son terme. Un raz de marée humain tel qu’à Paris, le cortège étant si dense, il fut impossible, pendant des heures d’avancer ou de reculer. Madame Sibeth Ndiaye pour qui cette réforme n’était « qu’une des réponses à la crise des 'gilets jaunes', surtout une des réponses aux injustices importantes qui existent dans notre pays" va devoir réviser ses éléments de langage tout comme le président de l’Assemblée Nationale, Richard Ferrand qui estimait il y a quelques jours que « Le 5 décembre, (c’était) une mobilisation pour conserver des inégalités ». La démonstration est faite par le nombre, que la majorité des salariés du public comme du privé de ce pays ne veut pas de cette usine à gaz à laquelle on ne comprend plus rien… si ce n’est qu’elle se fera sur leur dos ! Pour l’heure, les OS doivent se réunir ce vendredi matin et le Premier ministre parler, probablement, en milieu de semaine prochaine pour dévoiler "l'architecture de la réforme". Quant à Jupiter, il vient d'appeler ses ministres à ne pas sous-estimer la manifestation et à être déterminbés et respectueux !!! Trop bon, le Président. Le temps risque d’être long…